Préparation mentale et SophroGolf®


Omnisports (applicable à tous les sports) 
 

  Vidéos et news !

Retrouver une vidéo de présentation.
"Introduction à la sophrologie pour le Golf"

               
   Cliquez sur la photo 


Photo 
©Michel Teichet
 

NOTE : Il y a plusieurs approches dans la préparation mentale. Mon approche combine plusieurs sources avec pour dominante majeure la Sophro-pédagogie sportive.
 
Les solutions proposées ouvrent d'autres pistes et viennent compléter la panoplie mentale déjà existante.  


Pour une plus grande efficacité, cette approche reste claire et concrète, elle répond la plupart du temps à des demandes précises. Tout en développant de nouvelles habiletés, elle s'adapte à chaque sportif, puis dans un second temps, elle permettra de cheminer vers l'autonomie.

Afin de profiter pleinement des bénéfices, il est préférable d'insérer cet entraînement mental dans la préparation générale et ainsi s'appuyer sur de bonnes habiletés motrices, technico-tactiques et physiques. 

 
Plus spécifiquement, l'entraînement mental du golfeur est fondamental et indispensable, car il permet à l'individu d'avoir une meilleure connaissance de lui-même et finalement d'être proactif dans son évolution. 
 

Avant d'aller plus loin : Je considère que la pression fait partie intégrante du monde du sportif, l'éradiquer n'est donc pas le but recherché. 

La sophro-pédagogie-sportive telle que je la définie ne se résume pas à une relaxation, une respiration ou à une simple sieste. Elle propose des pratiques efficaces, pragamatiques et scientifiques, elle est régulièrement mise à jour et reste ouverte à d'autres approches ou d'autres sciences. (Neurosciences, PNL, Mindfulness...). Le but étant de proposer aux sportifs des techniques pertinentes.


Scénario: Imaginons l'exemple d'un golfeur amateur qui manque de régularité en compétition.

En respectant son niveau de jeu, ce golfeur amateur excellent lors des phases d’entraînements sur le practice et lors des parties amicales.
(nous savons que la phase d'entraînement ne peut être comparée à une compétition car le travail mis en place est spécifique et engage le sportif en terme de progression, mais comme dit plus haut, l'on pourrait envisager une part spécifique au travail mental pré-compétitif).

Ce golfeur amateur perd de ses capacités dès lors qu'il joue en compétition. Il est vrai qu'au cours d’une compétition qui dure parfois plus de 4 h, les facteurs émotionnels, contextuels, environnementaux, psychologiques, physiologiques (topographie du terrain, notion d’espace, rapport au temps, regard des autres, pression interne ou externe, énergie, situations de jeu, enjeu de la situation, anxiété de la prestation, scoring...) évoluent et changent en permanence.


Les phases de jeu peuvent passer de très bonnes, submergées de ces moments magiques où tout est possible où tout se réalise sans effort à des phases de jeu moyennes, voire désastreuses. Il ne suffira parfois de rien, comme un coup raté, un putt trop court ou trop long, un drive moyen pour que l’esprit s’embrouille, et les pensées parasites apparaissent, et finalement, le corps se contracte et le swing n'est plus aussi fluide qu’a l’accoutumé.

Que peut-il bien se passer à ce moment précis dans la tête et dans le corps du golfeur?

En préalable, vérification auprès d'un PRO si une faute technique n'est pas à la source de la problématique. Dans le cas ou la gestuelle est de bonne qualité et que la problématique persiste, alors, il est probable que l'apport des techniques mentales puissent apporter une aide.

Une des hypothèses envisagée : En se déconnectant du moment présent, ou plutôt en ne sachant pas appréhender la dimension temporelle et adaptative de l'évènement,  ce golfeur reste inconsciemment en mode de "pilotage automatique" ce mode de fonctionnement est potentiellement risqué, il fait parfois appel à certains schémas de pensées erronées, ce mode mental de fonctionnement est efficace lorsque tout va bien, il est économe et gère les taches de fond, il remplit son rôle, il gère le connu, mais, il devient inopérant quand une situation est inconnue ou se complexifie, il serait préférable de pouvoir switcher en mode mental adaptatif, ce mode permet de réfléchir et permet de revenir dans de bonnes sensations corporelles afin de prendre les décisions les plus efficaces, dénuées de trop d'implication émotionnelle.

Recentrage sur le corps et sur des solutions pertinentes afin de réaliser des actions adéquates dans l'instant présent ! 


À titre d'exemple "automatismes émotionnels du passé" certaines situations engrammées dans notre mémoire sont composées d'appréhension, de nervosité voire de stress important, ces automatismes peuvent revenir en écho perturber notre esprit (situation liée à une difficulté d'acceptation d'un mauvais coup; liée à la peur de perdre; liée à une situation de jeu redoutée; ou bien à tout autre chose...) si le golfeur n'est pas capable rapidement de prendre un certain recul face à une situation complexe et ainsi revenir dans de bonnes sensations corporelles qui lui permettent dans le calme de trouver les solutions pertinentes et logiques, alors,  le golfeur restera dans un certain flou décisionnel, cela ne fera qu'augmenter la notion de non-présence dans la l'action, "ses pensées automatiques inconscientes ne correspondent pas à la situation de jeu de l’instant T et déterminent parfois à son insu les actes et les comportements". 

Pour terminer ce scénario, il y aura de fortes probabilités que ce mode de fonctionnement automatique puisse entraîner dans la foulée des comportements (isolement, silences, cris, colère, agacement, manque de communication, perte de motivation mais surtout de la frustration qui influence directement l'estime de soi). Le potentiel délivré sera guidé par de l’aléatoire. La lucidité, la concentration, l'activation, le réalisme requis pour cette compétition seront parasités par des comportements inadaptés. Certaines habiletés mentales, techniques et physiques pourront se désorganiser rapidement.

Une option qui se présentera à l’esprit du golfeur, vouloir performer à tout prix sur les trous suivants, mais bien évidement sans rien changer à son mode de fonctionnement mental !

Certains golfeurs experts réussiront à supporter ce changement de tactique, d'autres moins expérimentés resteront perturbés et figés dans ce mode de fonctionnement erroné. Et tout s’enchainera rapidement, le rythme cardiaque s’accélèrera, le stress augmentera, les réserves d’énergie se consumeront rapidement. L’énervement, le doute, la fatigue, et le manque de confiance en soi prendront le commandement des opérations !

En se préparant à faire, alors tout devient possible !

L'objectif  de la préparation est d'aider la personne à déterminer précisément quels sont ses ressources internes, de lui permettre de trouver l'équilibre "corps-esprit", afin qu'elle se retrouve le plus régulièrement possible dans sa zone idéale de performance. Le but commun sera de trouver des solutions et de fixer un/des objectif(s) "faire ce que l’on sait faire à un moment donné", c’est-à-dire, être sincère et cohérent avec soi-même et ainsi réduire l’écart entre le potentiel réel et le potentiel qui doit s'exprimer le jour J. 

Au même titre que l'apprentissage d'un geste sportif avec sa stabilisation, les solutions mentales passent par un entraînement régulier. 

-L’entraînement des habiletés et techniques mentales, et par l'exposition au réel, 
- Gestion du stress et des émotions,
-Activation et régulation de l'anxièté compétitive 
-Une meilleure compréhension émotionnelle, physiologique, sensorielle et corporelle (Schéma corporel), 
-L'envie de performer en compétition avec cette arrogance positive qui permet la gagne, 
-La recherche de la simplicité de l’instant présent « jouer au coup par coup » dans une certitude d'être à sa place dans l'ici et maintenant, 
-La mise en place de la régulation des états pré-compétitifs et compétitifs, 
-Un travail en imagerie mentale : Anticipation et programmation réaliste d’une compétition ou bien travail sur un geste précis et amélioration si nécessaire, ( ce travail d'imagerie ne peut se faire que par un préalable : la relaxation, celle-ci permettra d'atteindre un niveau propice à la mise en place de cette imagerie )
-Ancrage de ressources internes,
-Respirations adaptées, marche consciente et exercices issus de la relaxation dynamique, 
-Un travail de visualisation,
-La prise de conscience des modes de fonctionnement qui induisent certains de nos comportements et qui pourront impacter la réussite ou l'échec," les reconnaitre, les accepter, c'est finalement, s'améliorer " 
-Une meilleure récupération, 
-Une meilleure communication et questionnement dans l'exploration de l'objectif.

 

Mots clés  :

Contrôle du stress et compréhension des émotions. Respirations. Moment ou instant présent. Dialogue interne positif. Bon état d'esprit. Routine de compétition. Activation et désactivation de la Zone VIP. Concentration. Visualisation. Imagerie Mentale. Récupération. Relaxation. Détermination. Ancrages de ressources. Simplicité. Connaissance de soi. Echauffement pré compétitif. Confiance en soi. Préparation à la compétition. Motivation. Disponibilité. Comportement.  Schéma Corporel. Communication. Dépassement. Passion. Focalisation interne et externe. Motivation. Combativité. Prise de décision. Créativité.


Retour Accueil


retrouvez-moi sur        


Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur.
Copyright © 2014 BERGIA DANIEL . Tous droits réservés.